Qualité de l’air intérieur : les risques des purificateurs à filtres

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email

Les purificateurs d’air Ikibox utilisent une technologie innovante qui ne nécessite pas de filtres. Pourquoi ce choix technique qui nous distingue de nombreux concurrents ? Focus sur les filtres utilisés pour la purification de l’air, leurs inconvénients et les risques potentiels qu’ils représentent.

Pour choisir le meilleur purificateur d’air, il faut d’abord connaître les différentes technologies utilisées. Celle de la filtration est utilisée par de nombreux appareils. Les résultats qu’ils obtiennent sont très inégaux selon leur qualité et les filtres utilisés.

Il existe en effet plusieurs types de filtres : les filtres gravimétriques (G1 à G4) pour la pré-filtration, les filtres opacimétriques (F5 à F9) qui ne laissent pas passer la lumière, ou encore les filtres absolus (E10 à E12, H13/14, U15 à U17). Tous ces filtres ne se valent pas. 

Les purificateurs d’air à filtres grand public et de bonne qualité utilisent généralement une filtration classée HEPA qui correspond à des filtres absolus H13 plus rarement des H14. Leur efficacité respective est de 99,95 et 99,995 %.

Les inconvénients des purificateurs à filtres

Premièrement, les filtres ne décontaminent que les particules et pas les polluants gazeux. Si la filtration n’est pas associée à un autre mode de purification de l’air, la dépollution sera donc forcément incomplète.

Au niveau écologique, les purificateurs à filtres présentent deux inconvénients majeurs. D’abord l’utilisation de consommables : la durée de vie des filtres est de 1 à 2 ans, pouvant être poussée à 4 ou 5 ans si les préfiltres sont changés plusieurs fois par an. Par ailleurs, leur efficacité est directement liée à leur performance énergétique : plus la filtration est fine et que l’on atteint un niveau performant de décontamination microbiologique, et plus la consommation de l’appareil est importante. 

D’un point de vue financier, la solution de la filtration a l’inconvénient de nécessiter l’utilisation de consommables. Sans parler de son coût au fil du temps (aux alentours de 200 à 300 €), un filtre HEPA va s’encrasser progressivement sur l’ensemble de son cycle de vie et générer des pertes de charges. De fait, il requiert graduellement de plus en plus d’énergie et la consommation énergétique peut ainsi augmenter de 40 % si l’appareil est mal entretenu.

Les risques des systèmes de filtration pour dépolluer l’air

Au-delà de ces inconvénients, les purificateurs d’air qui utilisent des filtres peuvent représenter de véritables risques pour la qualité de l’air intérieur et la santé des utilisateurs s’ils ne sont pas bien entretenus et maintenus.

Il existe en effet des risques microbiens et viraux liés à la création d’un “écosytème” qui survit et prospère au sein du filtre : les bactéries viables non cultivables. Si les filtres se percent ou si une mauvaise manipulation est réalisée pendant les opérations de maintenance et d’entretien, ces polluants dangereux peuvent être relargués dans la pièce.

Par ailleurs, un filtre trop sollicité risque de se percer. La rupture de l’intégrité de la surface de filtration entraîne alors un arrêt de l’efficacité des purificateurs d’air à filtres, potentiellement sans que l’utilisateur ne s’en aperçoive.

Les purificateurs d’air Ikibox n’utilisent pas de filtres, mais un procédé d’oxydation avancée par plasma-catalyse. En savoir plus sur notre technologie innovante.

Vous souhaitez en savoir plus ?

Nous sommes à votre disposition pour toute information et vous envoyer un devis.

À lire aussi