Foire aux questions

Efficacité des purificateurs d'air Ikibox

Oui, nos appareils sont efficaces contre les micro-organismes (les moisissures, les virus, les bactéries), mais aussi les perturbateurs endocriniens, les COV, les odeurs et allergènes.

Lors des tests, nos appareils ont passé avec succès les normes et les validations attendues et ont été testés spécifiquement sur les éléments suivants : toluène , heptane, acétone, acétaldéhyde, formaldéhyde et ont permis la réduction (par destruction) de ces composés d’au moins 99.999% en moins de 10 minutes.

Lors des tests, nos appareils ont passés avec succès les normes et les validations attendus et ont été testés spécifiquement sur les éléments suivants : staphylocoques Aureus, salmonella, streptocoques et pseudomonas, et ont permis la réduction (par destruction) de ces composés d’au moins 99.999% en moins de 10 minutes.

Lors des tests, nos appareils ont passé avec succès les normes et les validations attendus et ont été testés spécifiquement sur les éléments suivants : Adénovirus, H1N1 et H5N2, permettant la réduction (par destruction) de ces composés d’au moins 99.999% en moins de 10 minutes.

Lors des tests, nos appareils ont passés avec succès les normes et les validations attendus et ont été testés spécifiquement sur les éléments suivants : Aspergillus Fumigatus et Cladosporium et ont permis la réduction (par destruction) de ces composés d’au moins 99.999% en moins de 10 minutes.

Oui, nos appareils sont validés PM2.5 et PM10 (poussière et particules fines)

Oui, nos appareils détruisent efficacement les odeurs en moins de 10 minutes.

Oui. Un allergène est une substance, avec un corps organique (atome, molécule, protéine) ou non. Elle est souvent transportée ou présente sur une particule (poussières, spores ou pollens). Les purificateurs Ikibox sont donc capable de les éliminer à 99,9999% en seulement 10 minutes.

Nos appareils ont été testés indépendamment par les laboratoires du CNRS à Lyon (VIRNEXT et VIRLAB), le laboratoire AirLab Control (université de Lyon) et le laboratoire Tera Environnement où nous avons passé la norme AFNOR B44A (obligatoire pour les éléments utilisant la photocatalyse ou le plasma).

La première génération du réacteur IKIBOX (BW60) a été testé sur le MERS CORONAVIRUS avec une efficacité avérée. Nous avons programmé un test sur le SARS-CoV-2 dès la situation de pandémie de COVID-19 passée.

L’IKIBOX 250 est validé contre le H1N1 à 99.9995% en moins de 10 minutes, ce qui garantit que le personnel en présence d’une personne infectée n’atteindra jamais la dose minimale infectante pour tomber malade.
Dans le cas de l’IKIBOX 1000, le rendement est de 99.9999% en moins de 10 minutes.

Avantages concurrentiels de nos épurateurs

Les appareils sont garantis en standard 2 ans.
Les appareils en LLD sont garantis 4 ans et l’entretien au bout de deux ans est offert.

Ces systèmes désinfectent les surfaces par voie aérienne. Il s’agit d’un traitement ponctuel sur les surfaces qui n’agit pas sur les polluants. Ces systèmes, s’ils ont un rendu esthétique sur l’aspect des zones concernées, n’ont en général aucune action sur les micro-organismes ou les polluants. Au contraire, il a été démontré qu’ils favorisaient la prolifération de la légionellose. Afin de garantir l’innocuité de son utilisation, les systèmes diffuseurs, gaines buses, pompes, doivent être régulièrement détartrés et désinfectés à grands coups de produits chimiques spécifiques avec un effet négatif sur les surfaces.
Nos purificateurs n’utilisent aucun produit chimique et éliminent les polluants dans l’air à 99,9999% en moins de 10 minutes.

Le filtre (filtre classique, HEPA…) retient des particules indésirables sans les détruire et présente le risque de créer des sources de contamination secondaire. De plus, le filtre, une fois saturé, devient inefficace voire dangereux, la saturation le transformant en « boîte de Pétri » propice à la prolifération de micro-organismes (Dyson vient de se voir interdire dans tous les établissements hospitaliers publics car on lui reproche de faire proliférer le Covid-19). La filtration, si elle peut se révéler efficace, requiert un niveau de maintenance et un coût d’échange des « consommables » important. La filtration ne traite pas les surfaces, à la différence des purificateurs d’air Ikibox. Les appareils Ikibox fonctionnent grâce à un système de plasma-catalyse et n’utilisent pas de filtres.

Les filtres peuvent être une source de contamination secondaire dans le cas des virus. En effet, lorsqu’ils les captent, le virus est “stocké”. Lorsque le filtre est saturé, le risque est de faire proliférer le virus dans l’air. Les appareils disposant de filtres sont plus coûteux à l’entretien du fait du changement régulier des consommables.

Les UVc avec la bonne longueur d’ondes (environ 254nm) sont qualifiés de germicides et en mesure de détruire certains micro-organismes. Ils n’ont en revanche que peu d’actions sur les polluants chimiques (COV) et les odeurs, à la différence de nos appareils. Les procédés industriels recourent aux rayons ultraviolets (UV) pour de multiples applications : désinfection de l’air et des surfaces dans les hôpitaux et les laboratoires scientifiques, lasers, … Comme ces rayons ne sont pas perceptibles par l’œil humain, les risques d’y être exposés sont importants et présentent un risque accru. Interdits en présence humaine, ils utilisent des lampes dont la durée de vie est en générale courte pour des coûts importants. Afin d’être réellement germicides, ils requièrent une exposition longue sur les surfaces afin de détruire tous les micro-organismes. Nos épurateurs peuvent être utilisés en présence d’humains ou d’animaux, ils traitent les polluants à 99,9999% en seulement 10 minutes et les coûts d’entretien sont très faibles. 

Cette technique produit de l’ozone.
L’ozone est un oxydant utilisé depuis longtemps dans le traitement de l’eau. Diffusée dans la pièce, cette molécule est très efficace pour désodoriser et décontaminer. Mais son efficacité est liée à sa concentration qui représente un danger réel pour la santé au-delà d’un certain seuil. Ce procédé est déjà interdit depuis 2007 dans plusieurs états des Etats-Unis. De plus, certaines études ont montré que l’ozone participe à la formation de formaldéhyde (composé organique volatil (COV) toxique, irritant pour les yeux, le nez et la gorge).
Les épurateurs Ikibox ne produisent pas d’ozone. 

La photocatalyse est une évolution du traitement d’air par UVc, déjà connu. Un catalyseur spécifique appliqué sur une surface et soumis aux rayonnements UV permet la dégradation des polluants et contaminants uniquement à son contact. Cette technologie a donc rapidement trouvé sa limite car le processus est lent, surtout pour les odeurs. Il nécessite le plus souvent des appareils de grandes dimensions, coûteux et bruyants et qui requièrent une maintenance importante et coûteuse.

Certains sprays revendiquent un assainissement ou une épuration de l’air. Deux types de produits ont été identifiés : les sprays à base d’huiles essentielles ou d’autres substances actives qui revendiquent souvent une action contre les biocontaminants de l’air intérieurs (bactéricides, virucides, fongicides, acaricides et insecticides), et les désodorisants qui revendiquent une neutralisation des odeurs. Ces produits ne font souvent que masquer les odeurs sans les détruire.

La technologie IKIBOX consiste à découper toutes les molécules des agents contaminants (virus, bactéries, germes, moisissures, allergènes, COV, odeurs) par un procédé physicochimique breveté de décharge à barrière diélectrique, dans un réacteur avant de les minéraliser (recomposition en molécules stables existantes déjà dans l’air, azote, oxygène, eau, …) pour reformer l’air originel. La technologie est éprouvée, ne crée ni déchet, ni sous-produit contaminant ou source de contamination secondaire.

Les appareils IKIBOX sont respectueux de l’environnement, et s’adaptent à tous les volumes. Leur innocuité a été validée par la norme AFNOR B44A. Le traitement peut s’effectuer en continu, en présence humaine, animale ou de denrées alimentaires en toute sécurité. Autonomes ou intégrés, pour petits ou très grands volumes, les équipements peuvent fonctionner sans entretien au quotidien. Ils ne requièrent qu’une intervention de maintenance tous les 2 ans.
IKIBOX a subi 3 années de tests dans les laboratoires de : Pasteur, Université de Lyon, CNRS, VIRLAB et Virnext.

Informations technique de nos épurateurs

Iki One : 1 à 4 m² / 5 à 10 m3 Ikibox 120 : 10 à 50 m² / 60 à 120 m3 Ikibox 250 : 80 à 120 m² / 60 à 250 m3 Ikibox 1000 : 250 à 400 m² / 400 à 1000 m3

Iki One : 10 db
Ikibox 120 : 35 à 57 db
Ikibox 250 : 38 à 65 db
Ikibox 1000 : 55 à 69 db

Maintenance et entretien des purificateurs Ikibox

La fréquence de nettoyage de nos appareils dépend bien sûr de l’environnement où l’appareil est utilisé. En règle générale dans le domaine médical ou hospitalier,  l’appareil ne requerra qu’un entretien tous les deux ans, les membranes et structures se régénérant d’elles-mêmes par les traitements déployés par le réacteur.
Dans l’industrie, ou l’agroalimentaire, et en milieu humide, un nettoyage et un contrôle pourra être requis à intervalle plus régulier.
Dans le domaine de l’élevage, tout dépendra de la classe d’exposition aux poussières.

Non, nos appareils utilisent une technologie révolutionnaire pour dépolluer l’air ambiant, développée en partenariat avec des laboratoires français et européens, et sont de qualité médicale. Basée sur le principe d’oxydation avancée par plasma-catalyse, elle agit sur les molécules et permet d’éliminer tous les polluants et contaminants afin de restaurer la pureté originelle de l’air.

L’appareil contient un ensemble renouvelable et recyclable sous forme d’une cartouche renouvelant tous les éléments critiques de notre réacteur en une seule fois.
En règle générale, ce renouvellement se fait tous les 2 ans.