Covid-19 et écoles : avec l’hiver, la qualité de l’air intérieur devient un enjeu clé

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email

La première mesure recommandée pour limiter la propagation du coronavirus dans les lieux clos est de renouveler l’air en aérant souvent. Mais avec l’arrivée de l’hiver, ventiler les salles de classe est de plus en plus compliqué. Les purificateurs d’air s’imposent donc comme la meilleure solution pour lutter contre la progression de la pandémie, et les responsables politiques passent à l’action.

Le constat est le même aux quatre coins de l’Europe : avec les températures qui baissent, renouveler l’air des salles de cours devient une gageure. Un air sain est pourtant essentiel pour limiter les contaminations aéroportées, en particulier avec le virus SARS-CoV-2.

Espagne, Allemagne, France : le dilemme des fenêtres ouvertes

En Espagne, la consigne est de laisser les fenêtres ouvertes tout au long de la journée, et les professeurs se sont vus signifier qu’il valait mieux qu’un enfant attrape une pneumonie plutôt que le coronavirus !

La situation est similaire en Allemagne, où les fenêtres des salles de classe doivent être ouvertes toutes les 20 minutes. Une association de professeurs a prévenu que les pulls, les écharpes et même les couvertures allaient devenir essentiels pour aller à l’école.

En France, le ministère de l’Éducation nationale et la Jeunesse recommande dans son protocole sanitaire une aération “fréquemment réalisée” et qui “dure au moins 10 minutes à chaque fois”… sans évoquer les conséquences de ces actions en plein cœur de l’hiver.

Des purificateurs d’air dans toutes les salles de classe ?

Une expérience a été réalisée récemment par l’université Goethe, en Allemagne. En plaçant des purificateurs d’air dans une salle de classe, les chercheurs ont constaté une baisse de 90% des aérosols en seulement 30 minutes. Selon Libération, le gouvernement allemand s’apprête à lancer un plan d’urgence de 500 millions d’euros pour équiper toutes les écoles du pays.

En France, la région Auvergne-Rhône-Alpes suit le mouvement et vient d’annoncer un plan à  10 M€ pour équiper 100% de ses lycées avec des purificateurs d’air et aider les communes à investir dans des solutions de traitement de l’air.

La surveillance QAI (qualité de l’air intérieur) est devenue une obligation légale pour la plupart des lieux qui accueillent du public mineur, et la pandémie de coronavirus accélère la prise de conscience des dangers d’un air pollué. Lorsque l’aération est difficile ou insuffisante, les purificateurs d’air constituent une solution de choix et devraient devenir rapidement un élément incontournable des salles de classe.

Vous souhaitez en savoir plus ?

Nous sommes à votre disposition pour toute information et vous envoyer un devis.

À lire aussi