Climatisation et VMC : quels risques pour la qualité de l’air ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email

Les appareils de ventilation et de climatisation de l’air intérieur améliorent le ressenti des occupants, et certains produits intègrent désormais des systèmes de purification. Mais quel est leur impact réel sur la qualité de l’air, et est-il suffisant ? Notre point de vue.

Météo France a déjà prévenu les Français : l’été sera chaud. Après la canicule de l’année dernière, les clims devraient de nouveau tourner à plein régime dans les bâtiments comme dans les voitures.

À l’instar des VMC, les systèmes de climatisation ont globalement un effet bénéfique sur la qualité de l’air intérieur en permettant son renouvellement. Désormais, les climatiseurs haut de gamme disposent aussi de filtres qui permettent de réduire le nombre de polluants présents dans l’air. Ils ne sont pour autant pas suffisant pour garantir un air pur, et peuvent même présenter des risques non négligeables.

La climatisation, un impact limité sur la qualité de l’air

Une étude menée par EDF avec l’Institut universitaire de médecine du travail et ergonomie de Grenoble a démontré l’impact positif des climatisations sur la qualité de l’air intérieur. Elles sont notamment plutôt efficaces contre l’humidité et les micro-organismes ainsi que les odeurs. Elles n’ont cependant pas d’impact sur les polluants chimiques (formaldéhydes, radon, composés organiques volatils…) et sont même susceptibles d’en rapporter de l’extérieur ou d’autres pièces.

De potentielles sources de contamination de l’air intérieur

Il faut cependant souligner que les systèmes de ventilation ou de climatisation n’ont un impact positif sur la qualité de l’air que s’ils sont de qualité et bien entretenus, c’est à dire au moins une fois par an par un professionnel. Sinon, ils peuvent devenir de véritables nids à bactéries et empoisonner l’air intérieur lorsqu’ils sont utilisés.

Comme les purificateurs d’air à filtres, les clims peuvent également représenter un foyer de contamination secondaire, notamment lors de leur maintenance ou du remplacement des consommables.

Enfin, les climatisations ne sont pas efficaces contre tous les micro-organismes et peuvent dans certains cas augmenter le risque de contamination croisée. La revue Emerging infectious diseases a ainsi publié une étude sur un restaurant en Chine : des personnes déjeunant à des étages différents auraient pu être infectées par la Covid-19 via le système de ventilation.

Les épurateurs d’air Ikibox éliminent 99,9999 % des polluants en seulement 10 minutes et sont efficaces contre les micro-organismes, les matières particulaires, les allergènes ou encore les polluants chimiques. Un complément idéal aux systèmes de climatisation de l’air.

Vous souhaitez en savoir plus ?

Nous sommes à votre disposition pour toute information et vous envoyer un devis.

À lire aussi